Journal de lecture #96 – Félines – #PLIB2020

Hello You !

Félines est un roman de Stéphane Servant, publié aux éditions Rouergue dans leur collection Epik. C’est l’un des 5 finalistes du plib 2020.

fiche livre felines

Si tu te souviens, l’année dernière, lorsque j’ai lu La fille qui tressait les nuages de Céline Chevet, j’ai tout de suite su quel serait mon vote final même si je n’avais pas lu tous les finalistes. Eh bien là c’est la même chose. Je n’ai lu que deux romans sur les cinq pour le moment, mais je crois que Félines est mon grand gagnant de cette année.

Félines a été une claque aller-retour monumentale. J’ai eu un gros gros coup de cœur pour ce roman qui est, selon moi, d’utilité publique et qui devrait être lu dans toutes les écoles, par tous les adolescents.

Cette histoire est le témoignage de Louise, jeune lycéenne qui a vécu un drame et qui, comme tant d’autres jeunes filles de son âge, est complexée par son corps. Elle nous raconte ce qu’elle a subi, elle est toutes les autres, face à la Mutation. Un changement dans le corps des adolescentes, qui les transforme peu à peu en « félin ». Elles sont toujours humaines, mais développent une pilosité et des atouts (comme l’odorat) animal.

Ce roman aborde énormément de sujets importants avec beaucoup de justesse. On parle complexes, harcèlement, viol, intolérance, cruauté de l’être humain envers ce qu’il ne comprend pas, ségrégation, haine raciale, fanatisme et radicalisme… Evidemment ce que vit Louise et toutes ces filles nous fait penser à la Seconde Guerre Mondiale et toute l’horreur qu’a subi les communautés juives, tziganes ect… C’est très dur et on se demande vraiment comment réagirait le monde si un jour un événement du type de la Mutation devait arriver. Je pense que Stéphane Servant n’est pas très loin de la vérité.

Mais au delà de toutes ces horreurs, ce roman porte un énorme message féministe mais pas que ! Et c’est ce que j’ai beaucoup apprécié, puisqu’on parle égalité, mais égalité pour tous et pas seulement pour les femmes, également pour les hommes et pour les personnes qui sont différentes de « la majorité » et qui subissent celle-ci.

C’est un bouquin bourré de réflexions, parfois sur de toutes petites choses auxquels on ne pense jamais. Comme par exemple quand on demande à une femme enceinte : « il est de [insérer prénom du mâle] ? », ce personnage répond : « Non, il est de nous. ». Et là ça t’ouvre l’esprit. Une simple phrase, que tout le monde dit sans réfléchir parce que ça a toujours été comme ça, cette simple phrase te fait te demander pourquoi on demande toujours de qui est le bébé,  comme si sa conception n’appartenait qu’à un seul des deux parents. C’est hyper embrouillé ce que je dis, je sais, mais j’ai eu beaucoup de réflexions de ce type.

Autre petit passage que j’ai noté et beaucoup aimé :

« […] Un homme ça doit être fort, courageux, dur. Une femme, ça doit être belle, douce et s’occuper des gamins. Mais tout ça, c’est n’importe quoi. C’est une manière de nous enfermer, les femmes comme les hommes, dans des cases. De toutes petites cases.

– On ne peut pas vivre dans une case. »

Et là tu te dis « Mais oui ! Il a tout compris ! ». Alors merci, merci à l’auteur d’avoir écrit cette magnifique histoire.

Bref, je pourrais continuer comme ça pendant longtemps alors je vais m’arrêter là. Je ne m’attendais vraiment pas à un tel récit et à un tel coup de cœur. Lis Félines, tu ne le regretteras pas.


5_5

#PLIB2020
#ISBN9782812618291

Un commentaire sur « Journal de lecture #96 – Félines – #PLIB2020 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s