SP#02 – L’Oeuf de Tanglemhor

Récemment, je me suis inscrite sur le site Simplement.pro afin de retenter le service presse. Premier message pour un SP : l’Oeuf de Tanglemhor d’Azaël Jhelil. De la fantasy épique ? Je ne pouvais qu’accepter !

L’Oeuf de Tanglemhor

Chronique des secondes heures de Tanglemhor – tome 1


Rejeté de tous, Krûl le semi-lacertys est devenu le prophète du dieu de la Vengeance pour tous les opprimés des cités du Bassin ctasharre et des terres indomptées du Grand Aghar. Ayant libéré par le fer et la sorcellerie les nations en colère, il règne sur un empire
à la mesure de sa rancœur. Par la puissance de ses légions et le contrôle exercé
par ses prêtres, le Premier vindicateur – dont la rumeur prétend même qu’il commande
aux démons – impose désormais sa loi à ceux qui, jadis, l’avaient humilié. La répression
est impitoyable… Les peuples « libres » apprennent à leurs dépens que la vengeance
est la plus lourde des chaînes.

Il ne reste plus à l’empereur du Levant qu’à soumettre le duché de la Marche,
dernier flambeau d’une résistance à l’agonie.

Tout espoir est vain. Il ne reste rien.
Il paraît cependant qu’un audacieux s’est introduit dans la Citadelle noire et en a dérobé l’un des biens les plus sacrés du Très Saint Libérateur. Toutes les forces de l’Empire
ont pour ordre de le ramener… vivant.


Tout d’abord, merci à l’auteur pour l’envoi de son livre et pour m’avoir fait confiance, notamment sur le délai demandé (1 mois !). Pour ma défense ce roman est un gros pavé de 800 pages. Au final j’ai mis 2 semaines et demi pour le lire. Et par les couilles de Laloc, qu’est-ce que c’était bien !

On le sait tous si on aime la fantasy, le voyage peut être merveilleux tout comme il peut être catastrophique si l’univers n’est pas bien travaillé. C’est, à mon sens, l’un des genres les plus difficiles et j’avais un peu peur de ma lecture étant donné que c’est un roman auto-édité *shame on me d’avoir en tête des clichés pareil*. Je peux vous dire que même si les 800 pages vous font peur, foncez sur ce bijou c’est un pur bonheur. Je sais, vous allez me dire « et tes arguments ? » patience, ça arrive !

Tout d’abord l’univers. Il est extrêmement bien travaillé et imaginé. Une carte est disponible mais je n’en ai personnellement pas eu besoin. Alors bien sûr il faut un petit temps d’adaptation, normal pour de la fantasy, le temps de comprendre où on est, qui est qui et qu’est-ce qu’il se passe. Qu’est-ce qu’il se passe ? C’est la guerre les gars !

giphy3

Après un prologue annonçant un futur des plus noir, nous arrivons dans un monde où « le méchant » a déjà pris le contrôle. Il règne en maître sur le bassin ctasharre et personne ne peut l’arrêter.

Sauf qu’au fil du roman, une petite troupe va se former pour partir en quête de ce qui pourra arrêter ce monstre. Si vous connaissez le genre ça ne vous surprendra pas. C’est un peu la base la quête épique menée par une troupe de fiers combattants. C’est ce que j’ai particulièrement aimé. L’auteur reprend les codes basiques du genre et joue avec pour créer un univers et une histoire originale et unique.

Parlons bien, parlons personnages. Ils sont, tous autant qu’ils sont, extrêmement bien construits. Même les personnages « secondaires » que l’on ne verra que pendant quelques chapitres, on se prend à s’y attacher (Joivaire quoi !).

J’ai adoré Oriana. Vraiment. C’est un personnage hyper attachant, intelligente, drôle, déterminée et avec un caractère bien trempée ! Ce n’est pas une princesse nunuche mais une femme forte et qui fait tout son possible pour mener à bien la résistance. Elle est extrêmement contemporaine dans un monde où, forcément, les chevaliers et les dirigeants sont des hommes. Elle ne se laisse pas faire sous prétexte qu’elle est une femme dans un monde d’hommes et j’ai adoré cette facette.
Malgré tout, ce n’est pas le personnage badass que l’on retrouve souvent. Elle a ses forces et ses faiblesses, il y a forcément des moments où elle est impuissante. Tout ça mis bout à bout, je l’ai trouvé criante de vérité.

L’Ombre quant à lui est un personnage assez drôle, malin, charismatique et arrogant. J’ai trouvé que sa relation avec Oriana allait un peu vite en besogne mais bon, c’est la guerre y a pas de temps à perdre. Cependant je l’ai un peu moins apprécié dans la seconde partie mais allez, quand on connaît un peu mieux son histoire, on lui pardonne (un peu).

Je ne vais pas tous vous les décrire. Ils ont tous leur personnalité propre, leur histoire également, on sent qu’il y a un passé derrière chacun de ses personnages. D’ailleurs j’aurais presque envie d’un petit tome compagnon sur leur histoire (Yarhem Rhoor ♥♥).

giphy4

Idem, ce monde est peuplé de Dieux et j’aurais aimé avoir un petit paragraphe descriptif pour chacun d’eux à la fin du roman, car ceux-ci ont une réelle importance dans le récit et ne sont pas là juste pour faire joli.

Le style d’écriture est impressionnant. On vit avec les personnages, on part à l’aventure avec eux, on a peur avec eux, on est essoufflé en même temps qu’eux ! (C’est pas une blague). Il y a beaucoup de descriptions mais chacune sert l’histoire et ne rend en aucun cas le récit lourd.
L’auteur a une écriture très visuelle, on se croirait parfois dans un film. Je n’ai pas pu m’empêcher d’imaginer des passages du seigneur des anneaux pendant les scènes de batailles. Ou des passages de Pirates des Caraïbes pendant les combats maritimes et les tempêtes.

giphy5

J’ai eu l’impression de vivre réellement l’aventure avec les personnages et de faire partie de l’équipage. L’impression aussi que les premiers chapitres remontaient à trois mois (très bizarre comme sensation). Dans ce roman vous allez vivre avec des humains, des ogres, des nains, des rrënkin ♥ (mon chouchou), des fous aussi disons le. Et vous allez adorer ça !

Je pourrais continuer comme ça pendant des heures. Alors évidemment je n’ai pas que du bon à vous dire, parlons un peu du négatif (très très peu je vous assure, j’ai dû fouiller pour en trouver).

Tout d’abord la densité. La première partie du roman est extrêmement dense, il se passe toujours quelque chose, on n’a pas beaucoup de temps pour souffler. Ce qui fait qu’au bout de 400 pages j’avais la tête comme une pastèque et j’étais un peu fatiguée. Il y a tellement d’action qu’on a du mal à tout retenir parfois et on a l’impression d’oublier ce qu’il s’est passé deux chapitres avant. Heureusement la seconde partie donne un nouveau souffle à l’histoire, je l’ai trouvé un peu plus calme, avec des chapitres de discussion où on en apprend un peu plus sur les personnages, sans pour autant délaisser la quête principale. Les 400 dernières pages se lisent beaucoup plus vite.

Deuxième petit bémol : les noms parfois imprononçable de personnages ou de lieux, qu’on doit relire plusieurs fois pour pouvoir les assimiler. Ça casse un peu le rythme de lecture, mais vraiment, le reste est tellement bien qu’on ne s’en soucie pas.
Un grand bravo à vous si vous avez lu jusqu’ici. J’espère que mon avis vous aura donné envie de découvrir l’Oeuf de Tanglemhor. C’est un roman qui mériterai d’être sur les tables de nos librairies et qui n’a rien à envier aux grands noms de la Fantasy.
Je l’ai lu en ebook, mais il me FAUT la version papier dans ma bibliothèque. C’est non négociable. J’espère juste que je n’aurais pas tout oublier quand le tome 2 sortira (Yarhem Rhoor attends moiii !)


Note
Excellent !

4-5_5


Titre : L’Oeuf de Tanglemhor: Chroniques des secondes heure de Tanglemhor – tome 1
Auteur : Azaël Jhelil
Edition : auto édition
Pages : 799
Prix : broché 24€
Lien Amazon

5 commentaires sur « SP#02 – L’Oeuf de Tanglemhor »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s