Journal de lecture #26 – Le journal de Bridget Jones

Après ma dernière déception, et un début de rhume qui pointait le bout de son nez, j’avais envie d’une lecture simple, sans prise de tête, cocooning. A lire sous la couette avec un plaid et une petite tisane *mode mamie on*. Je me suis alors dit que Bridget Jones, c’était le livre idéal pour le moment.

Bridget Jone


« 58,5 kg (mais post-Noël), unités d’alcool : 14 (mais compte en fait pour deux à cause de soirée de nouvel an), cigarettes : 22, calories : 5 422 ». A presque trente ans, Bridget Jones consigne ses déboires amoureux dans son journal. Elle sort trop, fume trop, boit trop, compte les calories et fantasme sur son play-boy de patron. Sa hantise : finir vieille fille. Ses objectifs : perdre du poids et trouver son prince charmant. L’irrésistible confession de la célibataire la plus célèbre de la planète.


Je ne vous ferai pas l’affront de vous présenter ce livre, qu’on l’ai lu ou pas, vous connaissez forcément les mésaventures de la célèbre britannique.
Je n’avais jamais ni lu les livres, ni vu les films de Bridget Jones. Je m’attendais à passer un excellent moment, à rire devant des situations cocasses. Malheureusement Bridget Jones n’aura pas su me convaincre totalement.

giphy

Il faut savoir que cette histoire a été publié pour la première fois en 1996. 1998 chez nous, en France. A l’époque il y avait une autre mentalité sur la condition de la femme, le sexisme, le féminisme ect.. Bien que le mouvement s’était déjà mis en marche, une certaine mentalité persistait. Ce livre est donc bourré de clichés et de réflexions qu’il est parfois difficile de prendre au second degré.

J’ai eu du mal à supporter les réflexions telle que « 30 ans pas mariés, pas d’enfants ? Attention à l’horloge biologique tic-tac tic-tac. ». C’est le genre de choses qui m’insupportent dans la vie, alors le lire ne m’a pas tellement fait rire.
De plus j’ai eu du mal avec les personnages « mariés-fier-de-l’être » comme dirait Bridget, toujours sur son dos à essayer de la caser. Sa mère qui est juste insupportable et qui ne pense qu’à sa petite personne.

Cependant j’ai beaucoup aimé le personnage de Bridget car, avouons le, nous avons toutes été comme elle à un moment ou à un autre de notre vie. A nous lamenter sur notre sort, à essayer de faire bonne impression et être maladroite.

giphy1

Le style d’écriture m’a un peu surprise au départ. Je ne m’attendais pas à lire un texte où il manque parfois des mots, où les phrases sont à moitiés faites et qu’il faut parfois apprendre à décoder. Ça a rajouté beaucoup de crédibilité à la nature du texte, que ce soit vraiment Bridget qui l’ai écrit. Il aurait juste manqué une typographie plus manuscrite, des ratures ect, pour qu’on croit lire un vrai journal intime.
Bref, une lecture en demi-teinte pour moi. Ce n’est pas désagréable à lire mais je m’attendais à autre chose. Je n’ai pas vraiment ri (souri à la limite). Je pense lire la suite étant donné que j’ai les 4 tomes dans ma bibliothèque mais ce ne sera sûrement pas tout de suite.
Par contre je serai bien tentée de voir le film.

giphy2


Note
Pas convaincue

2_5


Titre : Le journal de Bridget Jones
Auteur : Helen Fielding
Edition : J’ai Lu
Pages : 338
Prix : poche 6.90€

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s