Journal de lecture #68 – Rouille #PLIB2019

Hello You ! 

Je continue mes lectures des finalistes du plib avec cette fois-ci Rouille de Floriane Soulas. J’ai vu pas mal d’avis mitigés sur ce livre mais pour ma part ça a été une très bonne lecture.
fiche livre rouille

J’ai beaucoup aimé cette histoire qui nous entraîne dans un univers steampunk. On voit les scènes à travers un filtre sépia, moi qui adore le steampunk j’ai été ravie de me retrouver avec un livre qui le traite parfaitement bien. J’imaginais très bien la saleté de la Souricière contre la rutilance du Dôme, l’écriture est visuelle et bien travaillée, bref c’est cool.

Je me suis attachée à Violante, notre personnage principal, et à son histoire. Leon et Jules sont également très attachants même si j’ai trouvé que Leon était un peu trop sympa pour un proxénète. Mais bon, après tout il tient à son business mais il n’est pas pour autant dénué d’humanité, dans l’ensemble ça reste crédible.

Le reste des personnages n’étant que de passage ou pas forcément utiles à l’intrigue, ils n’étaient pas assez travaillés pour que je puisse m’attacher ou m’intéresser à chacun d’eux.

J’ai beaucoup aimé aussi le territoire des orphelins guidés par Feu. Le lien avec les enfants perdus et Peter Pan était assez fort et j’ai beaucoup aimé cette réinterprétation.

L’intrigue quant à elle et assez prenante et entraînante. Paris est secouée par des meurtres morbides qui touchent principalement les prostituées et les orphelins. L’histoire de base de la quête d’identité de Violante se transforme alors en thriller pour débusquer le meurtrier.

Bon on va pas se mentir, les indices ne sont pas très subtils et le « méchant » pas très original. J’ai compris assez vite qui était le coupable, le lien avec d’autres points de l’histoire et même l’identité du personnage le plus mystérieux. Du coup je n’ai eu aucun effet de surprise lors des révélations. Pour autant ça ne m’a pas empêché d’apprécier ce roman. L’écriture est fluide et rapide à lire, sans fioritures et sans vulgarité malgré l’univers qui entoure Violante. Je pense que c’est justement cet univers fait de mécanismes et de rouages qui a « sauvé » le livre, j’ai adoré vivre dedans pendant plusieurs jours. Si il n’avait pas été si réussi, je pense que j’aurais moins aimé ma lecture.

En bref une bonne lecture pour les amateurs de steampunk. J’ai passé un excellent moment mais si vous êtes plus exigeant que moi niveau thriller, il se peut que vous soyez un peu déçu.


Note

4_5

#PLIB2019
#ISBN9782367406060

4 commentaires sur « Journal de lecture #68 – Rouille #PLIB2019 »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s