Journal de lecture #93 – Un palais d’épines et de roses

Hello You !

Tu connais ce genre de sagas, qui a reçu teeeeellement de compliments et qui est limite adulée sur la blogoshère, que tu as peur de la commencer ? C’était mon cas avec Un palais d’épines et de roses.

fiche livre acotar 1

Franchement, j’étais quasi sûre d’aimer cette histoire. Une réécriture du conte de La Belle et la Bête, un univers peuplé de Faes et de créatures fantastiques… Tout était réuni pour me plaire. Paradoxalement, une petite voix dans ma tête me disait que ça serait forcément en dessous de mes attentes, entre la célébrité de la saga et ses avis dithyrambiques.

Et bien après avoir passé plus de dix jours dessus… Je m’incline devant autant de génialitude. Je n’ai qu’un seul mot pour résumer ma lecture : wahou.

giphy-2

On est passé très très proche de coup de cœur. On l’a frôlé même !

Après un début assez long à se mettre en place, sans pour autant être ennuyant puisque qu’on introduit le personnage de Feyre, sa place et son rôle auprès de sa famille, l’adoration a commencé à partir du moment où on entre sur les terres de Prythian. J’adore les Faes et tout ce qui touche au monde fantastique, j’ai été servie. Je m’attendais à une romance évidemment, mais pas à ce type d’intrigue, à cette réécriture de la malédiction de la Bête, à ce pan politique et ces intrigues de cour, qui ne sont pas encore suffisamment développées mais ça ne saurait tarder j’en suis sûre.

J’ai pas compris l’adulation qu’il y a autour de Rhysand. Pour l’instant Tamlin est clairement au-dessus pour moi. J’imagine que je comprendrai plus tard d’où vient ce fan club.

J’ai adoré la relation entre Tamlin et Feyre. Lucien est adorable et j’espère en savoir plus sur son passé. Nesta m’a surprise. Pour un personnage imbuvable au début, elle se rattrape plutôt bien sur la fin et on découvre une partie d’elle insoupçonnée derrière son masque froid et rigide. Amarantha est peut-être un peu clichée mais j’ai trouvé que l’explication de sa haine envers le genre humain crédible. Et elle m’a fait flipper j’avoue.

Mais je crois que la partie que j’ai préféré, c’est le fait que les Faes, ne soient pas ce qu’on imagine d’eux. On nous parle toujours d’un monde merveilleux où les créatures fantastiques sont des modèles de gentillesse et de bonté. Là ce n’est clairement pas le cas, c’est même tout l’inverse. Ce sont des créatures pour la plupart cruelles, aussi bien avec les humains qu’entre eux. C’est un monde dangereux où le moindre geste de travers peut causer la mort. Et même si j’étais certaine que Feyre sans sortirai (parce que sinon, il n’y aurait pas deux autres tomes hein), j’avais peur pour elle et pour Tamlin.

L’autre point fort pour ma part, c’est la réécriture. On sait que c’est une réécriture du conte de La Belle et la Bête, mais j’ai trouvé que l’histoire s’en détachait suffisamment pour ne pas y penser à chaque instant. On a le fil rouge de l’histoire d’amour et de la malédiction mais à part ça c’est un tout autre univers et une toute autre histoire qui nous attend.

Et cette fin ! Mais quelle fin bordel. Je ne m’attendais pas du tout à ça et je suis franchement déçue car je n’ai pas le tome deux sous la main.
Bref, ce fut une excellente lecture pleine d’émotions que j’ai adoré du début à la fin.


4-5_5

3 commentaires sur « Journal de lecture #93 – Un palais d’épines et de roses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s