Journal de lecture #76 – Ça

Hello You !

Halloween est passée depuis un moment déjà, certains commencent même à penser aux cadeaux de Noël, mais aujourd’hui je vous propose de retomber un peu dans l’horreur avec un roman du maître du genre: Stephen King.
fiche livre ça

Lu pour le Pumpkin Autumn Challenge – Automne frissonnant – Tu n’en reviendras pas

Au delà du challenge, j’essaye de lire au moins un Stephen King tous les ans, à la période d’Halloween. Vous le savez je suis hyper saisonnière, et c’est pour moi la période parfaite pour ce genre. J’avais déjà lu Misery et Shining et cette fois j’avais envie de monter d’un cran dans l’horreur avec Ça.

J’ai mis beaucoup de temps à lire ce premier tome de 799 pages. Trois semaines en fait. Et je l’ai adoré ! King a vraiment le don pour te mettre dans l’ambiance dès le début.

J’avoue que j’ai eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire au début. Je n’ai jamais vu le film mais de ce que j’en savais, le premier tome devait se concentrer sur les personnages enfants. Nous commençons bien l’histoire avec le tragique destin du petit Georges et la fameuse scène du bateau en papier et de la bouche d’égout. Puis on fait un bond de 20 ans sur une autre scène tragique et enfin le récit véritable commence avec les personnages principaux, mais adultes.

Sur le coup je n’ai pas compris et j’étais même un peu déçue. Mais au final ce sont bien les enfants que nous suivons le plus. Les personnages adultes reviennent à Derry et chacun pendant leur trajet se remémorent des choses qu’ils avaient oubliés depuis des années. On passe comme ça du présent en 1986, au passé en 1958 en quelques paragraphes, parfois en une simple phrase. King arrive magnifiquement bien à nous faire passer de l’un à l’autre sans effort et sans nous perdre, j’ai trouvé ça assez incroyable.

La ville de Derry est glaçante. L’ambiance est malsaine et angoissante, on sent dès le début que quelque chose ne va pas et que ce n’est pas nouveau. Le récit de l’incendie du Black Spot notamment m’a remué. Et chacune des histoires personnelles des gamins et de leur confrontation avec Grippe-Sou le clown m’a angoissé au possible.

Est-ce que j’ai eu peur ? Au début non. J’étais angoissé mais ça allait, les scènes avec Ça étant tout de même assez rares. A la fin ça se corse un peu. Elles sont de plus en plus présentes, Ça lui même et de plus en plus présent, comme si le roman se refermait peu à peu sur nous pour nous étouffer. Comme si Ça était rentré dans notre tête en fait. J’avoue qu’à la fin, si je me levais de mon lit le soir j’allumais toutes les lumières et je ne me sentais pas bien en les éteignant jusqu’à ce que je regagne la sécurité de la couette. Après je flippe facilement #fragile.

Le seul regret que j’ai, c’est de ne pas avoir eu toutes les pièces du puzzle et de ne pas savoir comment le Club des Ratés a réussi à venir à bout de Grippe-Sou la première fois. Evidemment on le saura avec le second tome j’imagine mais même si j’ai adoré cette lecture, je ne pense pas me jeter sur la suite immédiatement. Même pas avant l’année prochaine en fait.

En bref une excellente histoire qui fait frissonner d’horreur. Je confirme mon impression que King mérite plus que jamais tous ses compliments. C’est un excellent auteur que je continuerais à lire chaque année à la même période.


Note

4_5

2 commentaires sur « Journal de lecture #76 – Ça »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s