SP #04 – Promenons-nous dans les bois

Je pense que vous l’avez compris, j’aime les contes et les réécritures de contes. Donc forcément, quand Gwladys Viscardi, auteure (ou autrice je ne sais jamais comment on dit) de Promenons-nous dans les bois m’a proposé de lire son roman, je n’ai pu qu’accepter.


Promenons-nous dans les bois


L’existence de la jeune Elfée se voit bouleversée le jour où sa sœur aînée, malheureuse victime de ce que l’on pense l’attaque d’une bête sauvage, connaît une fin tragique au sein de la forêt, où d’aucuns d’ordinaire ne s’aventurent sans méfiance. Ce n’est qu’avec l’aide de Ma’a, l’herboriste du village qui fait d’elle son apprentie, qu’elle parvient à surmonter sa crainte des bois, pour embrasser la sensation de sérénité et de liberté qu’elle éprouve dans ce monde où disparaît la conscience de sa différence. La jeune fille ignore que l’intérêt que lui porte l’herboriste n’est pas sans arrière-pensées, et lorsque celle-ci jusqu’ici solitaire commence à fréquenter Loup, dont les intentions pourraient ne se révéler tout à fait honorables, la vieille femme considère là un frein, une atteinte, à ses desseins.
Tandis qu’Elfée commence à acquérir une certaine indépendance, de nouvelles attaques viennent troubler la quiétude du village...


A l’heure où j’écris cet article, un café dans la main et la pluie battante à mes fenêtres, je me dit que l’ambiance est parfaite pour vous conter les aventures d’Elfée.
Réécriture du conte Le Petit Chaperon Rouge de Perrault, l’ambiance sombre et mystérieuse de ce roman m’a plus d’une fois fait penser à l’univers des frères Grimm. Magie, romance mais aussi meurtres et malédiction sont au rendez-vous.

L’écriture de ce roman de 478 pages est faite pour se rapprocher d’une ambiance de conte. Phrases longues et parfois alambiquées, il faut un petit temps d’adaptation car on n’a plus l’habitude de lire des textes aussi travaillés, mais une fois le rythme trouvé le lecteur est transporté dans ce monde fantastique. Le seul bémol que j’ai pu trouver concernant le style, c’est que ma lecture s’est faite un peu en montagne russe. Le matin et la journée j’adhérais totalement, mais le soir en fonction de ma fatigue je n’arrivais plus à suivre. J’ai dû sûrement passer à côté de certains passages à cause de ça.
C’est une histoire où il faut avoir une concentration à 100% pour pouvoir l’apprécier à sa juste valeur. Je regrette aussi un peu la longueur des chapitres. Je les ai trouvé très long et moi qui aime bien arrêter ma lecture à la fin d’un chapitre, ça s’est révélé un peu compliqué.

giphy7

L’histoire en elle-même est assez linéaire mais extrêmement agréable à suivre. Nous suivons Elfée, jeune fille portant sur elle le poids de la différence de part ses yeux mauves. Sa vie est assez compliquée entre sa différence physique, le meurtre de sa grande sœur et l’amour de ses parents qu’elle n’obtiendra jamais.

Heureusement elle n’est pas seule. Elle rencontre rapidement Loup, qui lui aussi doit supporter sa différence et ses secrets. On comprend très vite de quoi il en retourne mais c’est un personnage très attachant. Celui-ci n’a cependant pas l’affection de Ma’a, herboriste du village et maître d’apprentissage d’Elfée.

Ma’a représente bien évidemment la figure de « grand-mère » du conte. J’ai moyennement apprécié celle-ci surtout en apprenant certaines révélations. Elle m’a semblé très opportuniste et n’a à cœur que la sécurité de l’ensemble du village, peu importe s’il faut sacrifier des innocents. De plus elle aura gardé ses secrets jusqu’au bout de l’histoire, ne révélant à Elfée que le stricte nécessaire et n’a pas une fois fait preuve de remords. Ça casse avec l’image de gentille grand-mère du conte d’origine, ce qui est une chose très appréciable.

giphy7

L’intrigue en elle-même est assez facilement devinable (?). Bien que l’action soit assez longue à se mettre en place, on situe vite « le méchant » et certaines révélations n’ont donc pas eu l’effet escompté sur moi. Sauf une à laquelle je ne m’attendais pas mais motus et bouche cousue, il va falloir le lire pour le découvrir !

Les derniers chapitres sont très prenant, et même si le dénouement m’a laissé un peu perplexe j’ai adoré l’épilogue et le message qu’il fait passer. Un conte n’est pas un conte sans une bonne morale et ça a été le cas ici.
En bref une très bonne réécriture de conte. On retrouve les codes du Petit Chaperon Rouge mais l’auteure joue avec pour nous offrir une histoire originale et très agréable à lire. La plume est très appréciable pour peu que vous soyez concentré ! Un roman à découvrir.


Note
Très agréable

3-5_5


Titre : Promenons-nous dans les bois
Auteur : Gwladys Viscardi
Edition : auto-édition
Pages : 478
Prix : Kindle : gratuit en abonnement Broché : 16.50€
Lien Amazon

Publicités

2 commentaires sur « SP #04 – Promenons-nous dans les bois »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s