Journal de lecture #16 – La Faucheuse

Comme vous le savez, je participe au challenge de l’été chaud cacao. Le but consistant à lire le plus de livres sfff jusqu’au 22 septembre.

La première session se terminant aujourd’hui, je me suis donc plongée dans le roman de Neal Shusterman, La Faucheuse pour être sûre de le finir avant ce soir. C’est maintenant chose faite, voici donc mon avis

La Faucheuse


Les commandements du Faucheur : Tu tueras. Tu tueras sans aucun parti pris, sans sectarisme et sans préméditation. Tu accorderas une année d’immunité à la famille de ceux qui ont accepté ta venue. Tu tueras la famille de ceux qui t’ont résisté. « MidAmérique, milieu du 3e millénaire. Dans un monde où la maladie a été éradiquée, on ne peut plus guère mourir qu’en étant tué aléatoirement (« glané ») par un faucheur professionnel. Citra et Rowan sont deux adolescents qui ont été sélectionnés pour devenir apprentis-Faucheurs ; et, bien qu’ils aient cette vocation en horreur, ils vont devoir apprendre l’art de tuer et comprendre en quoi cette mission est bel et bien une nécessité. Mais seul l’un des deux adolescents sera choisi comme apprenti à part entière, et lorsqu’il devient clair que la première tâche du vainqueur sera de glaner la vie du perdant, Citra et Rowan se retrouvent dressés l’un contre l’autre bien malgré eux…


Ce roman fut une très bonne surprise. Evidemment j’en avais déjà entendu parler sur les blogs/booktube/bookstagram, et je connaissais donc déjà l’avis général porté dessus. Mais il n’empêche qu’il aura su me surprendre.

Nous suivons l’histoire de deux personnages devenant apprenti faucheurs, Citra et Rowan. Un métier qui a pour vocation de « glaner » des personnes au hasard, dans un monde où la mort naturelle n’existe plus. Au début, impossible pour moi de savoir lequel des deux personnages est le « héros ». Lequel gagnera le droit d’entrée dans la Communauté. Ce doute est resté tout le long de ma lecture, jusqu’au fin mot du premier tome.

J’ai beaucoup apprécié ce concept de monde dans lequel la mort n’a plus sa place. Les gens vivent des siècles, procèdent à des rajeunissements et attendent que le temps passe. En soit c’est censé être un accomplissement de la civilisation humaine. Vaincre le mortel. Pourtant, pour rien au monde je n’aurais voulu être à la place de ces gens. Que fait-on quand il n’y a plus de mort ? Plus d’épée de Damoclès au dessus de nos têtes pour nous rappeler que la vie vaut la peine d’être vécue, car on en a qu’une ? Ça doit être d’un ennui..
Les Faucheurs ont donc pour rôle de jouer la Mort et de ramener un semblant d’équilibre dans un monde où même si vous passez sous un camion, vous êtes emmené dans un centre de résurrection.

J’ai trouvé très intéressant le fait de suivre l’évolution de deux personnages diamétralement opposé. Citra est une fille aimée de sa famille, franche et au caractère affirmé, alors que Rowan est un fils parmi d’autres, la « feuille de salade » comme il aime se le dire, plus calme et en retrait. Je pense d’ailleurs que c’est Rowan qui m’a le plus marqué dans cette histoire. Je n’en dirais pas plus pour ne pas spoiler, mais je ne sais pas tellement quoi penser de lui.

J’ai beaucoup aimé aussi que les chapitres soit entrecoupés de passages de journal de faucheurs. Ça nous permet de nous faire une idée plus précise de certains personnages, et de comprendre plus ou moins leurs motivations.

Concernant l’intrigue en elle même, j’ai trouvé le début du roman assez calme malgré les circonstances. L’enrôlement de Citra et de Rowan, le début de leur entraînement et la découverte de la vie de faucheur. Puis vers la moitié du livre ou un peu avant je dirais, tout s’est enchaîné. La vie des personnages a pris un tournant auquel je ne m’attendais pas, et jusqu’à la fin ce livre aura su me surprendre et faire naître un sentiment de compassion et d’attachement envers (presque) tous les personnages sans que je m’en rende compte.

En bref j’ai passé un très bon moment avec cette lecture, elle change un peu de ce que j’ai l’habitude de lire. Et malgré le fait que ça parle de « meurtre », je ne l’ai trouvé ni complètement dérangeant ni gore. Donc les âmes sensibles n’ont pas de crainte à avoir.
J’attend de voir ce que donnera le tome deux !

giphy3


Note
Très bonne lecture !

la faucheuse


Titre : La Faucheuse
Auteur : Neal Shusterman
Edition : Robert Laffont Collection R
Pages : 504
Prix : 18.90€

5 commentaires sur « Journal de lecture #16 – La Faucheuse »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s