Journal de lecture #07 – Les Hauts de Hurlevent

J’ai ENFIN fini les Hauts de Hurlevent d’Emily Brontë. Note à moi-même : éviter de lire deux livres en même temps désormais.

Aujourd’hui encore, je vous parle d’un grand classique de la littérature. Merci aux textes libre de droit disponible sur les liseuses, car autrement je ne l’aurais sûrement jamais ouvert.

Les Hauts de Hurlevent


Lorsque Mr Earnshaw ramène d’un voyage un enfant abandonné, Heathcliff, les réactions de ses enfants évoquent les orages qui s’abattent sur le domaine des Hauts du Hurlevent. Le fils Hindley n’accepte pas cet enfant sombre et lui fait vivre un enfer. La fille, Catherine, se lie très vite à lui, d’un amour insaisissable et fusionnel. Tous trois grandissent, dans cet amas de sentiments aussi forts qu’opposés. Heathcliff devient un homme sans scrupule, qui jure de se venger des deux hommes ayant empêché le déploiement de son amour : Hindley, le frère ennemi, et Edgar, le mari de Catherine. La destruction de ces deux familles et de leurs descendances constitue alors son seul objectif. Dans les paysages sauvages et immuables des landes du Yorkshire, les déchirements sont nombreux, et cohabitent dans une passion extrême et des tourments destructeurs…


Bien. Par où commencer. J’avoue être ressorti de ma lecture, après avoir passé un bon mois à le lire uniquement dans les transports, un peu.. Pantoise.
Déjà j’ai eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire. Les premiers chapitres sont difficiles, on démarre avec Mr Lockwood, nouveau venu et locataire d’une maison appartenant à Heatcliff. La première visite est complètement folle, je me suis plusieurs fois demandée « mais qu’est-ce que je fiche ici ? » comme Lockwood je présume tant le début est incompréhensible et irréel.
On est clairement loin des familles nobles de l’époque, personnages très guindés et à cheval sur l’étiquette. On pourrait même dire que la première scène chez Heatcliff, c’est la fête du slip.

giphy

Passé les premiers doutes, est-ce que je continue ? La mémorisation des personnages, qui est qui, qui a fait quoi… On arrive sur le vrai récit. J’ai bien aimé le fait que ce soit un personnage tiers (Nelly Dean) qui raconte l’horrible destin de la famille Earnshaw puis Linton. Anéanti à cause d’une histoire de vengeance. On suit ce drame familial un peu en retrait. Comme deux commères se racontant la vie des voisins, loin de la folie des personnages et en même temps entrant dans l’intimité de leur histoire.

J’ai suivi leur récit comme on suit une série télévisée. C’était mon rendez-vous du soir dans le train pour rentrer chez moi. J’ai fini le livre un soir avant de rentrer chez moi et… J’ai été un peu déçu par ce point final, un peu trop facile à mon goût. On referme le bouquin comme on l’a commencé, avec un peu d’incompréhension.

Ce n’est clairement pas ma lecture de l’année. Maintenant je n’ai pas passé un mauvais moment non plus, j’ai aimé suivre les personnages, les plaindre, les détester (coucou Catherine mère et Linton !).

Il est d’un genre totalement différent de l’autre grand classique lu récemment (Orgueil et Préjugés, mon avis ici), mais il vaut quand même le coup si vous voulez agrandir votre culture littéraire. Je lirais probablement les autres livres des sœurs Brontë, par curiosité.


Titre: Les Hauts de Hurlevent
Auteur: Emily Brontë
Pages: 413
Prix Kindle Amazon: une édition est gratuite ! Poche: 5.60€
Note: 14/20

4 commentaires sur « Journal de lecture #07 – Les Hauts de Hurlevent »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s